Un implant contre l’apnée du sommeil bientôt disponible !

Publié le 20 juin 2014

L’Agence américaine du médicament (FDA) vient d’autoriser la prochaine mise sur le marché d’un implant destiné à traiter l’apnée du sommeil.


Ce trouble qui se caractérise notamment par de courtes pauses respiratoires durant le sommeil concerne près de 18 millions d’américains et 3 à 5% de la population française. Un espoir thérapeutique à l’heure où les traitements restent contraignants !


Un syndrome fréquent


Un Français sur dix serait atteint du syndrome d’apnée obstructive du sommeil.
Parmi eux, beaucoup en ignorent ses causes et symptômes. Ce trouble du sommeil est principalement causé par un relâchement de la langue et des muscles de la gorge qui provoque des arrêts intermittents de la respiration pendant le sommeil (de 20 secondes à deux ou trois minutes).


Les ronflements excessifs qui en découlent en sont le principal signe. Il s’accompagne d’une fatigue chronique et de somnolence diurne. Non pris en charge, le syndrome d’apnée du sommeil risque d’entrainer une hypertension artérielle et de majorer les risques d’infarctus ou de maladies comme le diabète.

Les traitements existant à ‘heure actuelle sont plutôt lourds et reposent sur le porte d’un masque à système de pression durant le sommeil, des radiofréquences ou de la chirurgie.


Un nouvel implant avec télécommande


Une nouvelle thérapeutique venue d’Outre-Atlantique pourrait bien redonner espoir aux quelques millions de patients concernés.
En effet, l’Agence américaine du médicament vient de donner son feu vert à la mise sur le marché d’une sorte d’implant ou petite pile à implanter sous la peau dans le haut de la poitrine.
En agissant sur le nerf hypoglisse ou nerf moteur de la langue, stimulé électriquement, ce dernier est projeté en avant et laisse ainsi plus de place à la circulation de l’air dans la gorge et les voies aériennes.
Activé à l’aide d’une petite télécommande, le système, qui s’apparente à une sorte de pacemaker, est ensuite désactivé par le patient le matin.


La thérapie qui a été testée pour la première fois en France en 2011 dans le cadre d’un essai clinique à l’Hôpital Foch de Suresnes, réduirait de 68% les symptômes selon les résultats d’une étude clinique publiée en début d’année dans la revue The New England Journal of Medicine.


Si seuls 120 patients en ont déjà bénéficiés dans le monde à l’heure actuelle, le dispositif devrait être bientôt commercialisé, d’abord aux Etats-Unis, puis en Europe.


Lien et source utile:

www.institut-sommeil-vigilance.org

Laisser une réponse

 

Nous passons environ un tiers de notre vie au lit. Si certains tombent rapidement dans les bras de Morphée, ce n'est pas le cas pour près d'un tiers des français qui souffrent de troubles du sommeil.

Conseils, résultats d'études, cycles du sommeil, hygiène de vie, literie... nous passerons ici au crible les meilleurs conseils de professionnels pour accéder à un sommeil serein et vraiment réparateur. Bonne lecture !