Un Français sur cinq est somnolent

Publié le 5 novembre 2012

La somnolence en FrancePaupières lourdes, bâillements, difficultés de concentration… Les signes ne trompent pas ! La somnolence diurne concerne aujourd’hui près de 26% des hommes et 18% des femmes en France. C’est ce qui ressort de l’étude menée par l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) publiée le 20 novembre dernier dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH).


Travail de nuit, temps passé devant les écrans et allongement du temps de transport entre le domicile et le lieu professionnel sont autant de facteurs mis en cause. Le résultat de cette privation de sommeil, volontaire ou contrainte, n’est pas aujourd’hui sans risques sur la santé des Français.


Les Français dorment en moyenne 7 h 13 par nuit selon les chiffres du dernier baromètre santé de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (INPES). C’est une heure et demie en moins qu’il y a un siècle. Leur sommeil, les Français ne sont pas les seuls à le trouver insuffisant et de mauvaise qualité !



Manque de sommeil et somnolence chronique


Une enquête menée en 2010 par l’INVS, et dont les chiffres viennent d’être publiés dans le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’Institut national de veille sanitaire, tire la sonnette d’alarme. Près de 20% des Français entre 15 et 85 ans somnolent, y compris lorsqu’ils ont bien dormi. Définie par mes médecins comme un état intermédiaire entre l’éveil et le sommeil, la somnolence se traduit par des difficultés à rester éveillé et même de courts micro-sommeils parfois passés presqu’inaperçus.


Sur un échantillon de 1000 adultes, les femmes seraient les plus concernées, ainsi que les ronfleurs, les personnes travaillant de nuit ou à horaires décalés et toutes celles habitant à plus d’une heure de leur lieu de travail. Parmi les Français interrogés sur leurs habitudes de sommeil, plus d’un sur dix ressent une somnolence quotidienne et 7% s’assoupissent même au moins trois fois par semaine sans pouvoir résister à l’urgence physiologique de dormir.



Quels sont les réflexes des somnolents ?


Pour éviter de piquer du nez dans le métro, sur son lieu de travail, ou, pire, au volant, tous les moyens sont bons. L’enquête les recense : 31% des Français victimes de somnolence auraient ainsi quotidiennement recours au thé ou au café. L’exercice physique serait une solution pour 16% d’entre eux, suivi de la sieste pour 13%. Arrivent enfin l’absorption de boissons énergisantes pour 4% et de médicaments (3%).



Somnoler, un risque accru pour la santé


Dangereuse, cette habitude chronique à être en manque de sommeil s’installe même aujourd’hui dès l’adolescence, soulignent les auteurs de l’enquête. En cause, les écrans et les horaires de travail sont aujourd’hui largement incriminés, mais aussi les rythmes professionnel et notamment le travail posté.

Dans une société où l’éveil est synonyme de performance, la dette de sommeil induit néanmoins d’autres troubles associés, comme les insomnies qui sont également en hausse dans la population française jusqu’à 65 ans souligne le BEH. La dette de sommeil est également aujourd’hui étroitement liée à la survenue de troubles du métabolisme, de l’obésité, du développement de diabète de type 2, d’hypertension et de maladies cardiovasculaires.



Garant d’une bonne santé, le sommeil est aussi important que ses deux autres piliers :
l’alimentation et l’exercice physique.



La somnolence est aussi, ne l’oublions pas, la première cause d’accident de la route en France, rappellent en chœur le BEH et l’INSV. Restée jusque là à l’écart des analyses et des grandes enquêtes, la somnolence diurne est aujourd’hui sur la sellette des instituts et organismes de santé du pays. Ces derniers devraient prendre acte de ces chiffres plutôt inquiétants et lancer une politique de prévention pour que le sommeil ne soit plus le grand oublié en la matière !



Source utile :

Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’INVS du 20 novembre 2012 numéro thématique : Épidémiologie des troubles du sommeil en France.

Laisser une réponse

 

Nous passons environ un tiers de notre vie au lit. Si certains tombent rapidement dans les bras de Morphée, ce n'est pas le cas pour près d'un tiers des français qui souffrent de troubles du sommeil.

Conseils, résultats d'études, cycles du sommeil, hygiène de vie, literie... nous passerons ici au crible les meilleurs conseils de professionnels pour accéder à un sommeil serein et vraiment réparateur. Bonne lecture !