Troubles du sommeil : plus fréquents qu’on ne le croit !

Publié le 26 avril 2012

Troubles du sommeil, insomnie et apnée du sommeilUne personne sur trois déclare connaître des troubles du sommeil au moins trois nuits par semaine.


C’est ce que révèle une étude épidémiologique menée par l’Institut national de veille sanitaire (InVS) menée sur le sommeil des Français entre 2007 et 2010. Pourtant, seulement un tiers des personnes concernées consultent leur médecin.


Difficultés d’endormissement, réveils en pleine nuit ou somnolence durant la journée… un tiers des français est concerné par l’insomnie chronique, un mal très courant selon les résultats d’une grande enquête publiée par l’InVS à l’occasion de la 12ème journée nationale du sommeil.



Pour quantifier et évaluer la gravité et la fréquence des troubles du sommeil, deux d’entre eux ont été étudiés : l’insomnie chronique et l’apnée du sommeil. Chercheurs et cliniciens ont pour cela élaboré un questionnaire soumis à près de 12 636 personnes âgées de plus de 16 ans. L’analyse des réponses montre que :


- 34 % des personnes interrogées, soit une sur trois, déclare avoir des troubles du sommeil au moins trois nuits sur sept. Les femmes sont majoritairement touchées (39% contre 29% de leurs pairs). Les personnes célibataires (13,5 %) sont moins atteintes d’insomnies chroniques que celles vivant en couple, qui sont veuves, divorcées ou séparées (25 %).


- Les troubles du sommeil sont également plus fréquents avec l’âge : 44 % des personnes de plus de 75 ans contre 22 % des 16-24 ans. Si les moins de 25 ans souffrent de troubles de l’endormissement, les seniors se plaignent quant à eux de réveils nocturnes fréquents. Enfin, ils sont 80 % des sondés à avoir répondu que les troubles du sommeil duraient depuis déjà plus de 3 mois.


- Une personne sur cinq souffrirait de troubles du sommeil associés à une somnolence diurne excessive. Seule une personne sur cinq consulte son médecin déplore l’InVS et ce, malgré l’altération de la qualité de vie répercutée par un mauvais sommeil au quotidien.



L’InVS rappelle dans les conclusions de son enquête que le syndrome d’apnée du sommeil, du à des arrêts répétés de la respiration pendant la nuit et responsable d’un sommeil de mauvaise qualité, reste encore largement méconnu et sous-diagnostiqué. Le syndrome lorsqu’il n’est pas traité, impacte en effet la vie quotidienne entraînant une baisse des performances physiques et intellectuelles. Or, seulement 30 % des sondés présentant des signes de la maladie ont consulté leur médecin et 15 % ont fait un enregistrement du sommeil, un examen à même de la diagnostiquer puis de la traiter.

Ces résultats du premier volet sur le sommeil ont été intégrés à l’Enquête Santé et Protection sociale (ESPS) de l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes).


Lire le rapport complet de l’étude sur le site de l’InVS.

Laisser une réponse

 

Nous passons environ un tiers de notre vie au lit. Si certains tombent rapidement dans les bras de Morphée, ce n'est pas le cas pour près d'un tiers des français qui souffrent de troubles du sommeil.

Conseils, résultats d'études, cycles du sommeil, hygiène de vie, literie... nous passerons ici au crible les meilleurs conseils de professionnels pour accéder à un sommeil serein et vraiment réparateur. Bonne lecture !