Travail de nuit : sommeil en péril

Publié le 5 janvier 2011

1 salarié sur 5, soit 5 millions de Français seraient concernés par le travail de nuit dans des secteurs aussi divers que la santé, le spectacle, la sécurité, l’industrie, ou l’information.


Près de la moitié d’entre eux souffre de troubles du sommeil. A long terme, les dangers sur la santé sont bien réels. Le travail de nuit, encadré juridiquement, devient aujourd’hui une question de santé publique vers lesquels de plus en plus d’acteurs : médecins, politique, associations, se penchent.


Le travail de nuit est à première vue contre nature. Pourtant, ces dernières décennies, il s’est considérablement développé. Le Docteur Yaël Ganem, Conseiller médical en santé au département Étude et Assistance Médicale de l’INRS, s’exprime aujourd’hui sur les conséquences du travail de nuit sur notre sommeil et notre santé.




Docteur Yaël Ganem, Conseiller médical en santé au département Étude et assistance médicale de l’Institut National de Recherche et de Sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles (INRS) : « Aujourd’hui, le travail posté et le travail de nuit sont un nouveau mode d’organisation de l’entreprise. On les rencontre sur une population active représentant 15 à 20 % des travailleurs. Ils sont de plus en plus fréquents et vont en s’accroissant. On sent aujourd’hui la pression des entreprises pour aller vers un rythme de travail des 3 x 8 et de nuit. Certaines industries ne peuvent pas faire autrement, mais d’autres le font vraisemblablement pour des raisons économiques ».


La législation encadre le travail de nuit :
« Tout travail compris entre 21 heures et 6 heures du matin est considéré comme travail de nuit et tout travailleur qui réalise au moins 2 fois par semaine 3 heures de travail entre 21 heures et 6 heures ou qui effectue 270 heures de travail de nuit pendant 12 mois consécutifs » est considéré comme travailleur de nuit selon le Code du travail.
La loi du 9 mai 2001 a levé l’interdiction du travail de nuit des femmes. Toutefois, le recours au travail de nuit doit être « exceptionnel et justifié par des impératifs économiques ou sociaux figurant dans un accord ».



Troubles du sommeil…

Les troubles du sommeil sont fréquents. Le Docteur Yaël Ganem, en témoigne. « Les principaux effets du travail de nuit sur le sommeil rapportés par les salariés sont les troubles du sommeil. Viennent ensuite le raccourcissement de la durée du sommeil, ainsi que les perturbations liées à la qualité du sommeil : problèmes d’endormissement, réveils multiples et fatigue au lever. Enfin, vient la fatigue chronique qui est source de somnolence et facteur de risque en termes de sécurité ».



Les troubles sont fonction de plusieurs facteurs :


•    l’âge : après 50 ans, il est plus difficile de s’adapter au travail de nuit ;


•    un problème de désynchronisation ou l’impossibilité de dormir aux heures habituelles et de réajustement ;


•    une seconde journée de travail à la maison, ou les difficultés à dormir en journée quand, souvent, les travailleurs de nuit doivent concilier avec les tâches domestiques, les enfants ou leur vie de couple ;


•    le difficile sommeil en journée, souvent troublé par le bruit, l’absence d’obscurité, etc.


Il en résulte une dette de sommeil chronique d’environ 2 à 3 heures par jour rarement compensée par un sommeil diurne moins réparateur, plus court et morcelé. La consommation de somnifères est de ce fait plus importante que la moyenne chez les salariés travaillant la nuit.



…et effets sur la santé à court terme


•    Des troubles psychiques : ces troubles, s’ils s’aggravent ou deviennent chroniques peuvent conduire à l’épuisement, l’anxiété constante, l’irritabilité et même la dépression. Ils peuvent également être à l’origine de changements comportementaux


•    Des troubles digestifs : l’absence de sommeil la nuit peut conduire à des problèmes digestifs ainsi que le relate le Dr Yaël Ganem : « Les troubles digestifs sont de l’ordre du ballonnement, troubles du transit et des ulcères. On observe parfois aussi une prise de poids en raison de prise des repas à des horaires anarchiques. »


•    Des conséquences sur les fonctions cardiovasculaires : « La surconsommation de tabac et d’alcool provoque par exemple de la tachycardie et agit sur les fonctions cardiovasculaires » explique le Dr Ganem.


•    Un risque cancérigène probable : le travail de nuit a été classé en 2007 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) comme cancérigène probable. Il augmenterait en effet les risques de cancers de la prostate et du côlon chez les hommes et cancer du sein pour les femmes.



Une attention toute particulière pour les femmes

Depuis 2001 et la levée de l’interdiction du travail de nuit des femmes, celles-ci sont environ 7 % à travailler la nuit. Une étude de 2005 du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé souligne que depuis le début des années 90, le travail de nuit chez les femmes a progressé plus rapidement que celui des hommes. Les femmes restent vulnérables. « Un risque de fausses couches et d’hypofertilité serait évoqué par certaines études, note le Dr Ganem, mais ce lien n’est pas encore formellement démontré ».



Une surveillance médicale renforcée

Chaque salarié travaillant de nuit doit effectuer une visite médicale par la médecine du travail tous les 6 mois, en théorie. Les médecins du travail se veulent attentifs aux signes que peuvent engendrer, à terme, le travail de nuit et un reclassement pour un poste en journée est toujours possible.


Pour aller plus loin :

Définition et règlementation du travail de nuit
Avis et rapports du Conseil économique et social, environnemental présenté en 2010
Présentation et définition du travail de nuit par l’INRS
Le colloque intitulé « Sommeil et travail » organisé par l’INRS le 29 janvier 2010
L’étude du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Santé sur la progression du travail de nuit chez les femmes

2 commentaires sur “Travail de nuit : sommeil en péril”

  1. [...] This post was mentioned on Twitter by Adecco Medical and others. Adecco Medical said: RT @Plenivia: RT @MonSommeil: Travail de nuit et sommeil – l'avis du Docteur Yaël Ganem http://bit.ly/fHUHbx #sommeil [...]

  2. sommeil dit :

    très bon article sur le travail de nuit qui comme chacun le sait est peu compatible avec la « bonne santé »

Laisser une réponse

 

Nous passons environ un tiers de notre vie au lit. Si certains tombent rapidement dans les bras de Morphée, ce n'est pas le cas pour près d'un tiers des français qui souffrent de troubles du sommeil.

Conseils, résultats d'études, cycles du sommeil, hygiène de vie, literie... nous passerons ici au crible les meilleurs conseils de professionnels pour accéder à un sommeil serein et vraiment réparateur. Bonne lecture !