Pour bien dormir, évitez l’alcool avant le coucher

Publié le 28 septembre 2011

Sommeil et alcoolSommeil et alcool font mauvais ménage ! Le dernier verre du soir avant de se coucher, familièrement surnommé « bonnet de nuit » ou « nightcup » par les anglo-saxons, n’a pas les vertus dormitives qu’on lui prétend parfois. Bien au contraire… Une étude récemment publiée vient renforcer cette certitude : l’alcool avant la nuit joue sur la durée et la qualité du sommeil.


Parfois utilisé comme hypnotique, anxiolytique ou pour ses effets désinhibiteurs, l’alcool n’a pourtant rien d’un somnifère ! S’il peut au premier abord provoquer somnolence et effets sédatifs, mieux vaut s’en passer pendant et après le dîner.


Le site Internet Santélog a développé les conclusions d’une récente étude publiée dans la revue scientifique Alcoholism : clinical and experimental research. Une équipe de chercheurs américains et japonais y ont étudié l’impact de la consommation d’alcool sur la partie du cerveau qui contrôle le corps pendant le sommeil.


Pour ce faire, les scientifiques ont testé le sommeil d’une dizaine d’étudiants volontaires. Un premier groupe avait reçu de faibles proportions d’alcool, un second groupe avait bu une importante quantité d’alcool, alors que le dernier groupe n’avait rien bu. Une heure et quarante minutes après avoir bu, les cobayes se sont couchés. Les chercheurs ont alors pu constater, après étude des données d’enregistrement sur capteurs et électrocardiogrammes, que l’ingestion de boissons alcoolisées, même modérée, avait un impact sur les rythmes du sommeil.



Alcool et sommeil font mauvais ménage

 

Pour accéder à un sommeil plus réparateur, évitez le petit verre du soir.
Privilégiez plutôt les tisanes avant l’endormissement.



Elle désorganiserait ces rythmes et perturberait la bonne succession des 2 phases de sommeil léger et profond. Elle augmenterait aussi le délai nécessaire pour atteindre le stade de sommeil paradoxal. Le sommeil est alors peu profond et donc peu récupérateur pour compenser la fatigue physique et intellectuelle accumulée dans la journée.

Les nuits des buveurs sont également entrecoupées de réveils fréquents après lesquels il est plus difficile de se rendormir. Sous l’effet de l’alcool, au lieu d’atteindre un effet de relâchement et de relaxation de tout le corps, la fréquence cardiaque s’accélère et la tension artérielle augmente. L‘alcool interfère avec les biorythmes naturels du corps au fur et à mesure que ce dernier le métabolise. Il faut savoir que l’alcoolémie atteint son pic une heure après le dernier verre pour ensuite progressivement diminuer de 0,15g par litre et par heure. Mais les effets négatifs sur le sommeil, eux, se prolongent toute la nuit ! Insomnies et troubles du sommeil sont donc le lot quotidien des buveurs occasionnels ou réguliers du soir.


Autre conséquence de la prise d’alcool avant le coucher, des ronflements plus importants, qui sont favorisés par le relâchement des musculatures des voies respiratoires. L’alcool peut également aggraver les troubles respiratoires liés au sommeil, dont l’apnée du sommeil, ou brèves pauses respiratoires durant la nuit. Les conséquences d’un sommeil peu récupérateur sont fâcheuses : fatigue intense, voire somnolence en journée.



Une étude révélée par le site Internet e-santé a démontré que, même sobres depuis plusieurs mois, les anciens buveurs (63 personnes ont participé à cette enquête) souffraient pour 50% d’entre eux d’insomnies chroniques, alors même que ce trouble n’affecte que 15% de la population.



Mieux vaut alors privilégier tisanes et plantes au coucher qu’un verre d’alcool tout en se méfiant des soirées trop « arrosées » !


Liens et sources utiles :
www.santelog.com
www.e-sante.fr

Un commentaire sur “Pour bien dormir, évitez l’alcool avant le coucher”

  1. [...] Évitez l’alcool et les médicaments de type somnifères et tranquillisants Ils ont pour principal effet d’être [...]

Laisser une réponse

 

Nous passons environ un tiers de notre vie au lit. Si certains tombent rapidement dans les bras de Morphée, ce n'est pas le cas pour près d'un tiers des français qui souffrent de troubles du sommeil.

Conseils, résultats d'études, cycles du sommeil, hygiène de vie, literie... nous passerons ici au crible les meilleurs conseils de professionnels pour accéder à un sommeil serein et vraiment réparateur. Bonne lecture !