Les conséquences du manque de sommeil sur notre organisme

Publié le 29 avril 2013

Manque de sommeilDormir trop peu, plusieurs nuits durant, risque de perturber des centaines de gènes essentiels à notre santé. C’est la conclusion qui ressort d’une étude britannique menée sur une vingtaine de cobayes. Le temps de sommeil joue en effet un rôle indispensable sur de nombreux gènes ayant trait à l’horloge biologique, au système immunitaire ou au vieillissement.

Démonstration à l’appui !


Certains dorment leurs 7 heures règlementaires, d’autres plus, quand près de 10% des Français font des nuits de moins de 6 heures. Or, dormir peu et de façon prolongée, risque de diminuer l’activité de nos gènes.


Une enquête pour tester les changements dans l’activité des gènes


Une équipe de chercheurs britanniques menée par le Professeur Derk-Jan Dijk, du Centre de recherche sur le sommeil à la Surrey University vient de le prouver. Pour les besoins de l’expérience, 26 cobayes hommes et femmes âgés de 23 à 31 ans et tous en bonne santé ont été appelés. Les 6 premiers jours, chacun d’entre eux a dormi 10 heures en moyenne par nuit. La seconde semaine, l’ensemble du groupe n’a bénéficié que de moins de 6 heures de sommeil nocturne.


L’activité génétique des volontaires a ensuite été analysée. Les chercheurs ont en effet pu révéler d’importants changements dans l’activité de près de 700 gènes. Ce sont en majorité ceux qui gouvernent notre système immunitaire, notre métabolisme, notre horloge biologique, le vieillissement ou encore notre réaction au stress qui sont affectés. Parmi les personnes privées de sommeil, l’activité de 444 gènes était supprimée. Les gènes étaient également sept fois plus nombreux à être atteints par un manque de sommeil comptabilisé sur au moins une semaine.


Dormir trop peu et c’est plusieurs centaines de gènes qui sont perturbés !


Significative, cette expérience dont les conclusions ont été publiées dans le journal britannique The Guardian met en lumière le rôle indispensable du sommeil pour nous permettre de nous reconstruire, mais aussi pour que les gènes puissent mener à bien toutes les activités essentielles à notre organisme. Ces modifications de gènes pourraient expliquer une partie des mécanismes biologiques qui augmentent le risque de certaines maladies. Le manque de sommeil est ainsi porteur d’un impact significatif sur la survenue de maladies du métabolisme telles que le diabète, de troubles cardiovasculaire ou de notre système immunitaire.



Survenue du stress, vieillissement prématuré ou difficultés du fonctionnement cérébral (mémoire, concentration…) guettent les individus accumulant une dette notoire de sommeil.


Selon l’INSEE, les Français dorment aujourd’hui en moyenne 7 heures et 47 minutes par nuit, mais le temps de sommeil a reculé de 18 minutes en l’espace de 25 ans.



Source

Laisser une réponse

 

Nous passons environ un tiers de notre vie au lit. Si certains tombent rapidement dans les bras de Morphée, ce n'est pas le cas pour près d'un tiers des français qui souffrent de troubles du sommeil.

Conseils, résultats d'études, cycles du sommeil, hygiène de vie, literie... nous passerons ici au crible les meilleurs conseils de professionnels pour accéder à un sommeil serein et vraiment réparateur. Bonne lecture !