Le sommeil : la bonne recette anti-déprime

Publié le 5 juillet 2011

Troubles du Sommeil DepressionBien dormir est une recette anti-déprime connue !


Mais point trop n’en faut ! Une étude américaine du 14 juin dernier a révélé que les bons dormeurs auraient une qualité de vie et un risque de dépression moindre. Trop ou pas assez dormir induirait à l’inverse des risques de développer des syndromes dépressifs, des troubles du sommeil, ainsi qu’une baisse de la qualité de vie.



Alors qu’en un demi-siècle, le temps de sommeil des Français s’est réduit d’une heure et demie sur 24 heures, trop de dormeurs oublient qu’une bonne nuit de sommeil se situe idéalement entre 7 ou 8 heures, ni plus ni moins.




Dormir entre 6 et 9 heures, voilà la fourchette de sommeil idéale pour une bonne qualité de vie !


Une étude présentée à l’occasion du congrès annuel des sociétés savantes et professionnelles du sommeil (APSS) réunies aux États-Unis à Minneapolis l’a scientifiquement prouvé. Les chercheurs ont analysé les dossiers de 10 654 dormeurs, des patients âgés en moyenne de 52 ans. Ces données ont été recueillies entre janvier 2008 et mai 2010. A l’aide d’un questionnaire, ajusté à l’aide de différents éléments liés à l’âge, à la race, au sexe ou au statut matrimonial des « cobayes », il en est ressorti ces conclusions :


>> Les meilleurs scores pour la qualité de vie étaient obtenus par les personnes dormant suffisamment, soit entre 6 à 9 heures, un sommeil court étant défini comme moins de 6 heures et un sommeil long : plus de 9 heures. Les dormeurs « normaux » obtenaient également des scores moindres quant aux risques de dépression. Ces patients indiquaient d’ailleurs avoir une santé parfaite.

 

>> A l’inverse, dormir trop peu ou « faire l’ours » ont un impact sur la qualité de vie et le risque de dépression, comme l’ont constaté les auteurs de l’étude : « Il est surprenant de voir que moins de 6 heures et plus de 9 heures sont associés à une baisse de similaire de la qualité de vie et à une augmentation des symptômes dépressifs ».



L’Académie de médecine américaine du sommeil rappelle toutefois que les besoins en sommeil varient d’un individu à l’autre, la plupart des adultes ayant besoin de 7 à 8 heures par nuit pour se lever frais et dispos. Les Français sont dans la moyenne…de justesse ! Un sondage réalisé par l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) en 2009 avait en effet révélé que la durée moyenne des nuits était de 6h58 en semaine et de 7h50 le week-end. Près de 33% d’entre eux déclaraient dormir moins de 6 heures en semaine. En un demi-siècle, le temps de sommeil s’est réduit d’une heure et demie sur 24 heures.



Liens utiles : www.santelog.com / www.institut-sommeil-vigilance.org

Laisser une réponse

 

Nous passons environ un tiers de notre vie au lit. Si certains tombent rapidement dans les bras de Morphée, ce n'est pas le cas pour près d'un tiers des français qui souffrent de troubles du sommeil.

Conseils, résultats d'études, cycles du sommeil, hygiène de vie, literie... nous passerons ici au crible les meilleurs conseils de professionnels pour accéder à un sommeil serein et vraiment réparateur. Bonne lecture !