Haro sur le sommeil au bureau

Publié le 24 novembre 2011

Sommeil au bureauStress, horaires à rallonge, trajets toujours plus longs ou contraintes familiales sont souvent responsables d’un manque de sommeil chez les salariés. Entre 20 à 40% s’en plaignent. Or, cette carence occasionne somnolence et trouble de la concentration avec parfois de réels risques pour le travailleur.


C’est pour alerter et sensibiliser sur ce sujet que l’Institut national du sommeil et de la vigilance, en partenariat avec Resmed, a orchestré début novembre, une vaste campagne sur ce sujet en entreprise.


Un coup de fatigue après le déjeuner ? Une irrépressible envie de dormir pendant une réunion ? Qui n’a pas un jour eu affaire à ces fameux coups de pompe ?

Chez 56% des Français, les problèmes de sommeil ont pourtant déjà occasionné au moins l’une des nuisances professionnelles suivantes : absentéisme, somnolence dans le cadre du travail, manque d’énergie, de dynamisme et de concentration.


Un bon nombre de ces désagréments pourraient éviter grâce à quelques conseils, astuces ou une meilleure connaissance du sommeil. Identifier la somnolence au travail et ses causes, comprendre ses habitudes de sommeil pour agir, tel est le but  de la campagne « Sommeil et travail » lancée le 10 novembre dernier avec l’Institut national du sommeil et de la vigilance (INSV) et Resmed, qui souhaitent apporter leur expertise au profit de l’entreprise et de ses salariés.



L’insomnie au bureau, un véritable fléau !


« La privation chronique de sommeil des Français est avérée » note l’INSV qui rappelle aussi que 4 des plus grandes catastrophes industrielles majeures de ce siècle, dont l’accident nucléaire de Tchernobyl, se sont produites en raison du manque de sommeil et des erreurs humaines qui s’en sont suivies.

Somnolence et baisse de la vigilance ont aujourd’hui un impact considérable sur la sécurité au travail. Un grand nombre d’accident professionnels ou au volant, lors de déplacements professionnels, pourraient être évités en remédiant à ces troubles. La productivité de l’entreprise est elle aussi affectée par le manque de sommeil : des salariés fatigués sont moins concentrés, moins créatifs et moins performants, voire absents.


L’objectif premier de cette campagne est de rappeler l’importance du sommeil dans nos vies et son retentissement sur notre activité professionnelle.



Sommeil au bureauReconnaître les signes d’alerte de la somnolence et mieux comprendre les pathologies du sommeil sont deux des clés proposées par cette campagne. L’INSV rappelle en effet que 6 à 8% des Français souffrent d’apnée du sommeil, une maladie qui provoque des pauses respiratoires durant le sommeil, ainsi qu’une grande somnolence en journée, et qui reste souvent ignorée par 80% des malades.



Des outils concrets au service de l’entreprise


Dirigeants d’entreprises, médecins du travail et infirmiers se sont vus remettre des carnets « Sommeil et travail ». Dans ces  documents, on retrouve différentes brochures rappelant les principales vertus du sommeil, son organisation en principaux cycles et les répercussions d’une privation de sommeil sur la vie professionnelle.


> Les salariés peuvent y tester leur degré de somnolence, grâce à l’échelle d’Epworth, et y trouver un agenda du sommeil pour mieux connaître leurs habitudes de sommeil.



Des conférences et stands d’exposition sont présents dans certaines entreprises et permettent à un large public de tester les appareils de dépistage d’apnée du sommeil. Des ateliers sont également proposés aux cadres stressés. Une sophrologue de l’Hôtel-Dieu intervient par exemple dans les sièges de grandes sociétés pour enseigner les vertus de la micro-sieste ou sieste flash de 5-10 minutes, ou encore pour proposer différents exercices de respiration abdominale.




Une somnolence diurne excessive devrait amener à consulter, rappelle l’INSV. Elle cache peut-être une pathologie du sommeil que seul un médecin pourra diagnostiquer en orientant son patient, le cas échéant, vers un centre spécialisé du sommeil.
Bâillements, paupières lourdes, irritabilité ou lenteur de réaction doivent en tout cas mettre la puce à l’oreille et rappeler à chacun que le sommeil est essentiel à l’organisme.


Liens utiles :
www.institut-sommeil-vigilance.org
www.sfrms.org

Laisser une réponse

 

Nous passons environ un tiers de notre vie au lit. Si certains tombent rapidement dans les bras de Morphée, ce n'est pas le cas pour près d'un tiers des français qui souffrent de troubles du sommeil.

Conseils, résultats d'études, cycles du sommeil, hygiène de vie, literie... nous passerons ici au crible les meilleurs conseils de professionnels pour accéder à un sommeil serein et vraiment réparateur. Bonne lecture !