Et si l’insomnie venait de la peur du noir ?

Publié le 13 août 2012

Peur du noir - insomnieOn pensait que seuls les enfants avaient peur du noir la nuit… mais certains adultes en sont aussi victimes avec pour conséquence un mauvais sommeil, voire, des insomnies.


C’est ce qu’ont étudié des chercheurs de l’Université de Toronto. Une phobie plus fréquente qu’on ne le croit et qui doit être traitée au prix de nuits plus récupératrices !


Vous avez des difficultés à vous endormir ou des nuits agitées ? Ce pourrait être la peur du noir… Les insomnies peuvent résulter d’angoisses profondes provoquées notamment par les bruits environnants et amplifiées par l’obscurité.

Cela est difficile à admettre, surtout chez des adultes, mais c’est ce que vient de mettre en lumière une équipe de chercheurs de la Ryerson University de Toronto au Canada.


Les résultats de leur enquête ont été publiés en juin dernier dans la revue américaine Sleep après avoir été présentés à la 26ème conférence annuelle des spécialistes du sommeil de Boston. Ils se basent sur une étude menée à partir d’un groupe d’étudiants testés le jour et la nuit dans leur sommeil. Pour mesurer leurs données, les chercheurs ont utilisé la réponse oculaire (clignotement des yeux notamment) face aux bruits entendus la nuit. Il s’avère que près de la moitié des étudiants participant à cette étude et avouant avoir peur du noir réagissaient fortement lors de bruits inhabituels et avaient un sommeil agité.




« Ces personnes souffrant de troubles du sommeil sont donc plus tendues dans l’obscurité et associent le coucher à une incapacité de dormir »
souligne Taryn Moss, responsable de cette étude.




Ces « mauvais dormeurs » répondaient d’autant plus que l’obscurité était profonde. A l’inverse, l’autre moitié du groupe, les « bons dormeurs » ne se réveillaient pas dans l’obscurité, même lorsque l’environnement était plus bruyant.


Des nuits contrariées et des angoisses liées à la peur du noir donneraient donc certaines des insomnies que l’on connaît avec angoisses et difficultés de l’endormissement ou réveils intempestifs.

L’Institut national du sommeil et de la vigilance (INVS) rappelle que 25 % des Français sont insomniaques et que 18 % ressentent des effets de fatigue au réveil.

Mais combien parmi eux ignorent qu’ils ont peur du noir ?




Reste à traiter la phobie en elle-même avant de vouloir combattre l’insomnie. Des thérapies comportementales peuvent être envisagées en cas de peur panique.


- Laisser une faible lumière allumée,

- S’entourer d’objets rassurants,

- Mettre en place un rituel d’endormissement : tisane, bain chaud, lecture…

peuvent aussi être quelques unes des mesures à mettre en place pour y remédier. A chacun son truc !


Sources et liens utiles :
www.santelog.com

Laisser une réponse

 

Nous passons environ un tiers de notre vie au lit. Si certains tombent rapidement dans les bras de Morphée, ce n'est pas le cas pour près d'un tiers des français qui souffrent de troubles du sommeil.

Conseils, résultats d'études, cycles du sommeil, hygiène de vie, literie... nous passerons ici au crible les meilleurs conseils de professionnels pour accéder à un sommeil serein et vraiment réparateur. Bonne lecture !